Articles

Pourquoi j'écris ?

Image
L’attente de ce moment, celui où des mains, autres que les miennes, tournent des pages. Oui, les pages de mon livre, que ces mains tâtent, hument, savourent... Mon livre, en format numérique ou papier, mon livre, parti dans le monde vivre sa propre vie, mon livre, sur lequel j’ai travaillé pendant plusieurs années ; je me suis acharnée à l’écrire, ce livre. Ce livre...
Pourquoi ce besoin de communiquer est-il si puissant chez moi ? Parce que je suis écrivaine, et que je n’écris pas pour les murs ni pour les roches ; j’écris pour les humains. Et savoir que mes mots sont lus, que mes lecteurs apprécient mon écriture, d'une manière ou d'une autre, ça me donne de l’énergie, c'est stimulant. On me lit ! Je suis profondément un être de communication ; c’est bon d’échanger avec les autres sur mon travail : leurs doutes et leurs enthousiasmes m’aident à progresser dans mon métier d’écrivaine.
Comment vivre alors ces longs moments où il n’y a pas de retours ni d'échanges, où j’i…

Fille aux cent bras de vent

Image
fille aux cent bras de vent
à la peau noire
dans tes yeux de peur lumineuse
mille miroirs au flanc
des heures omises
où tu dansais    ennuagée
de rêves cristallins dans ta paume    tu creuses
une brèche d’intimité
ta voix chevauche
un chant révolu
tes bras se soudent
aux crevasses du temps
tes feux d’eaux glacées
en brûlures de doigts      perdus
ne s’éteignent qu’au dernier jour

et toi      le vent s’en est allé

LUI - ELLE

Image
LUI

au dernier moment
j'ai tendu les mains
et ta joie a glissé sur mon visage
               en fleurement d'aurore
tu as souri
à l'aube rare
               un minuscule éclat
tu es partie
               un murmure à mon oreille


ELLE

je soupire noir
dans une main de papier
de soie d'ange
au réveil des eaux matinées

j'ouvre les yeux   la vie
son souffle
une buée d'aurore

je me lève et m'étire
un chat gravit ma peau
lèche mes yeux
murmuronne

c'est le matin de demain

tu dors encore sous les draps
ta peau de suie
noire au possible
illumine d'ombre

tu m'aimes

j'ouvre les tiroirs    les veines d'euphorie
en mille morceaux     de rires nus
j'ouvre les rêves   les mets à jour
et ton oeil béant s'épanche sur moi

c'est le matin du destin

la vie s'écrie     des pieds à la tête
s'érige en minuscules lettres
s'écrase en flaques de joie
au creux de ma voix
     sur ma main
             à la surface de ton regard

je suis prête à …

LES MOTS D'ÉRIKA - L'ÉCRITURE À LA RESCOUSSE

Image
Les rayons du soleil plongeaient dans mon clavier, en illuminaient les touches, alors que la musique jazzée jouait dans mes oreilles ; une porte intérieure s’ouvrit. Qu’est-ce que je vais découvrir aujourd’hui ? Qui se cache derrière le rideau de mon imagination ? Qui voudrait bien me parler ?
« Moi, moi », cria une fillette, dont la tête bleue aux mèches hérissées apparut derrière un immense rocher orangé. Elle sortit de sa cachette et sautilla vers moi. Elle me tendit la main, petite et potelée. « Moi, c’est Érika » Un sourire bienveillant s’épanouissait sur ses lèvres et ses yeux verts brillaient d’une malice lumineuse.
« Bonjour Érika ; moi, c’est Annie. »
Je serrai doucement sa main.
« Je sais qui tu es, répliqua-t-elle d’une voix enjouée. Tu es la Dame Magicienne… »
La Dame Magicienne. Ça sonnait doux à mes oreilles, et tellement vrai. Curieuse, je lui demandai : « Qu’est-ce que la Dame Magicienne ? »
Elle lâcha un bruyant soupir en plaquant ses poings contre ses hanches et me lança …

INTROSPECTION

Image
Tristesse de bois brûlé Sur peau de bébé Le cœur au large En compote  sur les mers de cendre rouge


À creuser dans les vagues sèches les émotions calcinées Je cherche le germe du mal
     cris affolés d’une mère croupie ?      silence criant d’un père droit ?




Tristesse de voix étouffée Sourdine enfoncée Ma trompette quotidienne Sonne le silence faux Mes notes, timides, s’ébrouent Sans bruit, sans vent Ne pas déranger les meubles Bien en place Ne pas troubler l’espace Ne pas... Ne pas... Exister...


Un demi-siècle d’existence 

Vague errance