Articles

Affichage des articles du août, 2014

La patience de l'écrivain - Partie 2

Image
Dans mon précédent article, j’ai abordé la patience de l’écrivain quand ce dernier était en processus créatif. Mais qu’en est-il une fois que l’œuvre est achevée et prête à être envoyée ? C’est cet aspect du métier qui est ressorti le plus parmi les réponses de certains écrivains du groupe Le café des écrivains sur Facebook, à qui j’avais préalablement demandé ce qu’ils pensaient de la patience de l’écrivain. 
Voici ce qu’ils ont dit :

La patience de l'écrivain - partie 1

Image
Il faut être patient en maudit pour faire ce métier-là ! Si vous aimez les résultats rapides, allez voir ailleurs, car écrire, ça prend du temps.
Est-ce qu’une femme enceinte va accoucher le lendemain de la conception ? Hmmm… Pas sûre. Est-ce que le légume, par exemple le navet, est prêt dès que les premières pousses apparaissent ? Non plus. Il en va de même avec les histoires. Il faut laisser mûrir l’œuvre dans son ventre avant de l’écrire, de l’accoucher sur papier ou l’écran. C’est la gestation.
« Pourquoi attendre ? Je suis pressée, moi, je veux écrire des livres, les publier, devenir autonome financièrement grâce à la vente de mes livres qui seront traduits en plusieurs langues. Je veux être une grande écrivaine, comme Stephen King ou J.K. Rollings. Vite, vite, vite, je veux écrire tout de suite !   ‒ STOP ! »
Écrire une histoire, ça exige de la patience. Pour laisser monter en soi ce qui veut réellement se dire. Car souvent, dans notre hâte de publier, ou d’écrire, on pense avoir t…