Articles

Affichage des articles du 2015

Le festin de Salomé d'Alain Beaulieu

Image
La semaine dernière, j’ai terminé la lecture d’un livre envoûtant : Le festin de Salomé d’Alain Beaulieu, un auteur québécois qui enseigne la création littéraire à l’université Laval. 
L’auteur nous tient en haleine jusqu’à la fin. Un mystère plane qui nous scotche au texte. L’intrigue est très bien ficelée. Alain Beaulieu prend un malin plaisir à jouer avec la frontière entre le réel et l’imaginaire. Dans le livre 2 du roman, il fait une apparition comme personnage. Ce qui déroute la lecture. On se pose des questions...
Voici le résumé qui apparaît sur le site des Éditions Druide :
« Tout commence au chic bar Le Croissant d’Or. Le spectacle d’un nain grivois et d’une danseuse nue obèse, accompagnés au piano droit par un vieil Irlandais au talent mal canalisé, va bientôt commencer. Notre homme, assis au comptoir devant la bière que vient de lui servir Naomi, fille de la propriétaire des lieux et barmaid à ses heures, ne se doute pas que la belle métisse l’entraînera bientôt dans une …

Se lever le matin...

Voici un poème que j'ai écrit  le 2 octobre 2010 sur l'une des raison d'être de l'écriture dans ma vie. 

Se lever le matin...
Se lever le matin... avec le goût de rien Un vent de fatigue qui ralentit le corps qui gèle l'esprit qui anéantit...
Se lever le matin... avec le goût d'être aimée telle une assoiffée ayant parcouru le sable, avalé la sécheresse ne désirant que l'hydromel d'un baiser
Se lever le matin... fragile comme du papier de soie un simple souffle un refus et le voilà qui se déchire et tombe en morceaux Se lever le matin... en larmes des heures durant avec ce manque là, en dedans qui se lève comme un ouragan qui inonde tout qui détruit...
Se lever le matin... avec cette voix :  « T'es responsable, t'es responsable... »  OUI... JE SAIS! Elle sera toujours là Cette tourmente orageuse

La danse des pieds brûlés

Image
Voici un autre texte que j'ai écrit dans le cadre de mon cours Le langage comme matériau d'expression. Cette fois-ci, la consigne était d'écrire une page sur les suites d'une métamorphose.  

Pour écrire ce texte, j'avais une idée en tête, un concept que j'aimerais davantage exploiter un jour,  et je voulais en jeter les bases avec cet exercice. J'ai donc fait ce que je fais habituellement avant d'écrire une scène de mon roman, j'ai développé l'idée. 
Mais quand est venu le temps de rédiger le texte, c'est autre chose qui a voulu se dire. J'ai essayé de revenir à mon idée, mais non, ça ne sortait pas; l'autre histoire s'imposait. Alors, j'ai laissé couler hors de moi ce qui voulait s'exprimer. 



La danse des pieds brûlés
Je ne savais plus depuis combien de temps je marchais dans les rues de la ville. Il me semblait que je me rendais à un endroit précis. Dans mon esprit apparut le visage rond et souriant d’un jeune homme. Mon cœ…

Renfort chocolaté

Image
Renfort chocolaté
Ils m’ont vendu. Besoin d’argent. Ils pleurent. Quelques pièces dans la main calleuse de l’homme aux dents cariées. Il me dit, toi recevoir bon salaire, toi être heureux. Je pars gagner notre vie dans une plantation de cacao en Côte d’Ivoire. J’ai onze ans et je viens du Mali. Esclave, je suis, oui, toujours, il m’appelle, ce goût, aigre et doux, je le veux dans ma bouche, sur et sous ma langue; qu’il fonde en moi, ce faux délice affectif.
Des coups sur la porte. « DEBOUT ! » Se lever. Avant le soleil. Rituel obligé. Mes jambes, mes bras, ils souffrent. Et mes mains, striées par la danse folle de machette ensorcelée.
Tous les matins, elle fume dans ma tasse, cette boisson chocolatée, elle hume mon désir de la boire, de me retrouver guérie; chaque matin s’écrie/s’écrit ma soif de combler ce manque qui me troue la poitrine.
Mon ami Djibril, au sourire de lune, et un autre garçon. Puis un sac rempli de cosses de cacao, aussi gros que moi. Ils m’aident à le poser sur ma têt…

La Rentrée des Indés

Image
Je participe à une rentrée littéraire peu ordinaire. 
LA RENTRÉE DES INDÉS 2015
Qu'est-ce que c'est ?
C'est Iggybook, une plateforme d'autoédition française qui aide les auteurs indépendants à promouvoir leurs œuvres. Une équipe dynamique, stimulante, jeune, enthousiaste… Si on a des questions, ils nous répondent. Si on a des problèmes, ils trouvent des solutions. J'aime bien leur écoute, leur accueil, c'est chaleureux.  
Nous sommes 40 auteurs indépendants à participer à cette rentrée littéraire. Depuis, j’ai fait une vente. Et ce n’est que le début !

Dans le cadre de cette rentrée littéraire, j'ai accordé une entrevue à Elodie. Elle fait partie de l'équipe d'Iggybook. Durant cette entrevue, je parle entre autres de mon histoire Les Ancêtres de Ranfoll . 
C’est par  ICI.

*****

L'autoédition...

Image
Je tente l'expérience ! Sur Iggybook.com !

Je trouve que l'autoédition me donne des ailes, elle éveille en moi un sentiment de profonde liberté. 
L'autoédition convient à ma personnalité et à ma débordante créativité.

Je suis emballée par mon projet, par mes nombreux projets. Si vous saviez l'ampleur de mon chantier littéraire ! J'en ai encore pour plusieurs vies... 

Avec mon nouvel appareil photo, je déambule dans le monde, immortalisant l'instant présent, que je réutilise par la suite, à l'aide de Photoshop, pour créer les pages couverture de mes livres numériques. 






J'ai la sensation d'avoir ouvert un chemin par lequel circuleront mes histoires pour aller habiter l'esprit de mes lecteurs. Des lecteurs provenant de partout sur la planète !









Je suis heureuse. Je suis bien. Je trace mon chemin. Je m'envole. Je respire. Quelle paix !


Par amour pour mes lecteurs !

Image
Je souhaite saluer chaleureusement celles et ceux qui prennent le temps de faire un tour sur mon blogue. Je prends conscience de l'importance que vous avez dans ma vie. VOUS me lisez !! Ce n'est pas rien, ça ! Qui que vous soyez, vous vous assoyez à votre bureau ou dans votre lit ou sur une chaise confortable ou bien dans un café, et vous ouvrez votre ordinateur; par un chemin quel qu'il soit vous arrivez ensuite sur mon blogue ou mon site d'auteure et vous prenez le temps de me lire. MERCI, vraiment, MERCI ! De tout mon cœur ! Vous êtes très chers à mes yeux. Vous êtes la raison pour laquelle j'écris. 

Écrire est un acte d'amour. Un acte d'amour pour vous, chers lecteurs. Un don de soi, absolument, totalement, de la part de l'auteur. On ne peut pas garder toute cette énergie créative pour soi. Non, c'est absurde ! Sinon, on va exploser... ou bien imploser ! Et ce contrôle est contraire à la vie. La vie, le souffle vivant, part du dedans et va vers l…

MA POSTURE D'ÉCRIVAINE

Image
Je sens le besoin de me rapprocher de moi, de mon essence. De ralentir le rythme pour mieux écouter la mouvance intérieure, reculer d’un pas et m’observer, observer les pensées, les sentiments qui m’envahissent. Être à l’affût du moindre changement vibratoire et de ce qui l’a causé. Revenir au centre, ne pas se perdre, mais accepter de s’être perdue, puis revenir, humblement, se retrouver.
Quand on écrit, on est deux. Il y a cette partie qui écrit et l’autre qui regarde l’être s’écrire. Quelle est donc cette posture?
Je sens le besoin de trouver mon langage, d’écouter ce qui bouge en moi, accueillir, accepter, écrire. Trouver ma posture d’écrivaine. Même quand je suis fatiguée, le corps meurtri d’anciennes blessures, le sommeil entrecoupé de plages d’insomnie, le regard rivé vers l’extérieur, cette ancienne posture qui m’a protégée pendant de nombreuses années. Celle-là, elle ne me sert plus désormais.
J’entre en moi, malgré les vieilles souffrances, malgré les orages et la violence de…

L'hôte passager

Image
J'ai envie de me livrer à vous, et qu'advienne que pourra, pensez-en ce que vous voudrez. Ce texte en est un expressif, et non communicatif. Je ne l'écris pas pour vous, je l'écris pour moi...
Comment vous décrire ce que je vis depuis deux jours?
Je suis hantée par une profonde tristesse. Dès que je m'installe devant mon clavier, les fichiers de mon roman ouverts, je suis incapable d'écrire.  Ma voix critique hurle dans ma tête. Mystérieusement, cette voix survient en même temps que cette tristesse, cette envie de fondre en larmes... Peut-être est-ce les hormones? Je suis en plein cœur de mon SPM. Ou bien est-ce le fait de constater que je n'ai peut-être pas tout ce qu'il faut pour être écrivaine? Je me bute en effet contre un obstacle dans ma démarche d'écriture: difficulté à reconnaître ma réelle valeur.   
L'élément déclencheur : un devoir à mon cours universitaire, auquel j'ai eu un A-, et dans lequel je devais faire résonner les tonalités lointa…

La fenêtre

Image
Celle de notre chambre s’ouvre sur le dessus de notre garage et le sud-ouest de notre voisinage. C’est une porte-fenêtre ornée d’un grand voile blanc, encadrée par deux rideaux noirs suspendus par des tringles et tombant de chaque côté. De cette fenêtre, je peux contempler les couchers de soleil quand le ciel est dégagé. Parfois, des écureuils et autres bestioles remplies d’audace se promènent sur le toit du garage et s’éloignent en empruntant les non moins risqués chemins que sont les fils électriques. Agiles sont-elles, ces petites bêtes ! Malheureusement, comme ma fenêtre est grande, des petits oiseaux viennent se rompre le cou contre la vitre trop propre. Un jour, l’un d’entre eux, un moineau au plumage foncé est resté sonné pendant plusieurs heures, sans bouger, chambranlant sur ses minuscules pattes à quelques centimètres de la fenêtre. Je me suis demandée plusieurs fois s’il vivait encore. J’ai voulu sortir dehors pour vérifier son état, mais comme je pouvais le voir de près à …

La peur (celle de l'auteur) du personnage

Image
Exercice d’écriture



L’une de difficultés que les auteurs rencontrent parfois dans la pratique de leur métier est l’incapacité de s’immerger complètement dans la conscience de l’un de leurs personnages. Derrière cette résistance se cache non seulement la peur de perdre le contrôle, mais aussi la peur d’être confronté à des émotions troublantes, voire perturbantes. Il faut reconnaître cette peur et l’accepter. Ensuite, le sachant, on met de côté cette résistance et on fait ce qu’on a à faire : écrire notre roman!
Mais ça ne se passe pas toujours si directement : pour en arriver à accepter ces résistances, il y a un travail sur soi à faire, une forme d’introspection. Accueillir cette peur inconsciente, la reconnaître et l’accepter.
Cela peut se faire en établissant un dialogue avec vous-même. La partie consciente en vous qui constate que vous vivez une forme de blocage discuterait avec cette partie de vous, l’âme, qui connaît déjà tout de vous et de l’histoire, et la solution à votre probl…

La Vie des Mots

Image
Je vous livre, chère lectrice et cher lecteur assidu de ce blogue, l'un de mes carnets d'écriture. Il s'intitule La Vie des Mots.

Avec toute ma gratitude et une grande humilité, sachant très bien que je ne détiens pas LA vérité, mais une seule, la mienne, le voici :





Carnet numéro 13 – 6 décembre 2013
Les mots sont vivants. Dès qu’une phrase est écrite, si elle est lue, elle produit des images dans la tête, elle crée un effet. Prenons par exemple : « Marie saisit le couteau et l’enfonça dans le cœur de la bête malade. » Cette phrase est une phrase d’action. On voit une fille, on ignore si elle est jeune ou non, on voit sa main saisir le couteau, on voit cette femme lever son bras et l’abattre sur la bête. La bête n’est pas précisée : on peut imaginer un chien, un chat, un cerf, un sanglier... Le décor où se déroule l’action n’est pas spécifié non plus. Sommes-nous dans une ferme, à l’intérieur ou à l’extérieur, en pleine forêt? On l’ignore. On sait juste que Marie a mis fin au…

RECHERCHE D'UN BUT...

Image
Bonjour toi.

Es-tu là ? Me lis-tu ?

J'ai un secret à te confier.
Il est assez évident pour ne pas en être un, cependant.
Mon secret, le voici :

Je ne suis pas assidue à la rédaction de mes billets.

Je croyais avoir la motivation pour les écrire. 
Mais ce n'était qu'un feu de paille qui s'est éteint aussi rapidement qu'il s'est allumé.

Je ne comprends pas.

Je crois que je me cherche. 

Écrire des billets, dans quel but ?

Ce qui me retient d'en écrire est cette attitude dans laquelle je tombe après en avoir publié un : j'attends impatiemment les retours, les commentaires. Je reconnais l'assoiffée de reconnaissance qui vit en moi. Celle-là ne m'a apporté que des ennuis. Je trouve cette attitude si malsaine ! 

Alors, j'attends...

Je cherche la forme, ma voix. 
Peut-être mon authenticité ?

Toujours est-il que durant ce temps, je n'écris pas... Pas ici, du moins, car mon roman, lui, avance très bien. J'ai 240 pages d'écrites ! Mes personnages se révèl…