Articles

Affichage des articles du janvier, 2015

La fenêtre

Image
Celle de notre chambre s’ouvre sur le dessus de notre garage et le sud-ouest de notre voisinage. C’est une porte-fenêtre ornée d’un grand voile blanc, encadrée par deux rideaux noirs suspendus par des tringles et tombant de chaque côté. De cette fenêtre, je peux contempler les couchers de soleil quand le ciel est dégagé. Parfois, des écureuils et autres bestioles remplies d’audace se promènent sur le toit du garage et s’éloignent en empruntant les non moins risqués chemins que sont les fils électriques. Agiles sont-elles, ces petites bêtes ! Malheureusement, comme ma fenêtre est grande, des petits oiseaux viennent se rompre le cou contre la vitre trop propre. Un jour, l’un d’entre eux, un moineau au plumage foncé est resté sonné pendant plusieurs heures, sans bouger, chambranlant sur ses minuscules pattes à quelques centimètres de la fenêtre. Je me suis demandée plusieurs fois s’il vivait encore. J’ai voulu sortir dehors pour vérifier son état, mais comme je pouvais le voir de près à …

La peur (celle de l'auteur) du personnage

Image
Exercice d’écriture



L’une de difficultés que les auteurs rencontrent parfois dans la pratique de leur métier est l’incapacité de s’immerger complètement dans la conscience de l’un de leurs personnages. Derrière cette résistance se cache non seulement la peur de perdre le contrôle, mais aussi la peur d’être confronté à des émotions troublantes, voire perturbantes. Il faut reconnaître cette peur et l’accepter. Ensuite, le sachant, on met de côté cette résistance et on fait ce qu’on a à faire : écrire notre roman!
Mais ça ne se passe pas toujours si directement : pour en arriver à accepter ces résistances, il y a un travail sur soi à faire, une forme d’introspection. Accueillir cette peur inconsciente, la reconnaître et l’accepter.
Cela peut se faire en établissant un dialogue avec vous-même. La partie consciente en vous qui constate que vous vivez une forme de blocage discuterait avec cette partie de vous, l’âme, qui connaît déjà tout de vous et de l’histoire, et la solution à votre probl…

La Vie des Mots

Image
Je vous livre, chère lectrice et cher lecteur assidu de ce blogue, l'un de mes carnets d'écriture. Il s'intitule La Vie des Mots.

Avec toute ma gratitude et une grande humilité, sachant très bien que je ne détiens pas LA vérité, mais une seule, la mienne, le voici :





Carnet numéro 13 – 6 décembre 2013
Les mots sont vivants. Dès qu’une phrase est écrite, si elle est lue, elle produit des images dans la tête, elle crée un effet. Prenons par exemple : « Marie saisit le couteau et l’enfonça dans le cœur de la bête malade. » Cette phrase est une phrase d’action. On voit une fille, on ignore si elle est jeune ou non, on voit sa main saisir le couteau, on voit cette femme lever son bras et l’abattre sur la bête. La bête n’est pas précisée : on peut imaginer un chien, un chat, un cerf, un sanglier... Le décor où se déroule l’action n’est pas spécifié non plus. Sommes-nous dans une ferme, à l’intérieur ou à l’extérieur, en pleine forêt? On l’ignore. On sait juste que Marie a mis fin au…

RECHERCHE D'UN BUT...

Image
Bonjour toi.

Es-tu là ? Me lis-tu ?

J'ai un secret à te confier.
Il est assez évident pour ne pas en être un, cependant.
Mon secret, le voici :

Je ne suis pas assidue à la rédaction de mes billets.

Je croyais avoir la motivation pour les écrire. 
Mais ce n'était qu'un feu de paille qui s'est éteint aussi rapidement qu'il s'est allumé.

Je ne comprends pas.

Je crois que je me cherche. 

Écrire des billets, dans quel but ?

Ce qui me retient d'en écrire est cette attitude dans laquelle je tombe après en avoir publié un : j'attends impatiemment les retours, les commentaires. Je reconnais l'assoiffée de reconnaissance qui vit en moi. Celle-là ne m'a apporté que des ennuis. Je trouve cette attitude si malsaine ! 

Alors, j'attends...

Je cherche la forme, ma voix. 
Peut-être mon authenticité ?

Toujours est-il que durant ce temps, je n'écris pas... Pas ici, du moins, car mon roman, lui, avance très bien. J'ai 240 pages d'écrites ! Mes personnages se révèl…